Au cœur de la création

Les ingrédients d’un succès

Le texte
Après le succès de Fin mal barrés!, Jenny Briffa nous offre de nouveau un spectacle humoristique sur la politique calédonienne.
Sans tabou, ni langue de bois, mais avec énormément de bienveillance, elle explore de nouveau les contradictions de la société calédonienne dans cette nouvelle pièce tour à tour hilarante, acide, et parfois dérangeante…


Autrice, mais aussi journaliste, Jenny Briffa a décidé de creuser davantage les questions économiques (d’où le titre Fin mal géré!) dans cette pièce, grâce à plusieurs sketchs hilarants et pertinents…

Mais attention : pas question de partir dans des développements ardus et laborieux sur la théorie économique ; Jenny Briffa évoque la vie chère grâce à des exemples concrets et amusants de la vie quotidienne…
Comme dans Fin mal barrés ! elle prend gare sur ces sujets à ne pas tomber dans le populisme et à apporter questionnements et contradictions… Car si les problèmes sont facilement identifiables, les solutions, elles, sont toujours plus compliquées à trouver…


Au final, Fin mal géré ! est avant tout une ode bienveillante au vivre ensemble et se termine sur une note pleine d’optimisme. Preuve supplémentaire que l’autrice croit en l’extraordinaire potentiel de notre pays.
La pièce rappelle que malgré nos contradictions, nos aspirations parfois divergentes ; nous sommes liés les uns aux autres par des liens historiques mais aussi… sentimentaux. Il y a bien un « Nous » qui existe en Nouvelle-Calédonie, ce sentiment impalpable que nous avons en partage des éléments d’une « calédonité » : des références communes, des expressions que nous seuls comprenons, des haussements de sourcils que nous partageons et surtout… des éclats de rires qui nous rapprochent, peu importe le bulletin que nous glissons dans les urnes !

Le jeu
Seul en scène, le comédien Stéphane Piochaud, parvient à incarner avec brio toute une galerie de personnages calédoniens. Kanak, caldoche, métis, vietnamien, wallisien, javanais, zoreille : toute la Calédonie est sur scène grâce à lui.
Comédien accompli, il passe avec aisance du jeu caricatural pour singer les Calédoniens, au jeu intériorisé lorsqu’il endosse le rôle principal du métis ingénu et déboussolé.
Avec cette pièce, Stéphane Piochaud, montre toute l’étendue de son talent, en emportant les spectateurs dans un spectacle haletant qui alterne les moments de stand-up, les tableaux comiques, les pastilles musicales, jusqu’au bouquet final…

La mise en scène
La pièce a été brillamment mise en scène par Frédéric Andrau.
Grâce à l’incroyable imagination de ce metteur en scène parisien, mais également à son sens du rythme et son regard aiguisé, chaque séquence est un petit bijou de création au service du texte.
La pièce alterne donc entre un jeu en retenue, qui soudain va opter pour la caricature ou l’absurde, puis passer au naturalisme…
Bref : ce spectacle est une folle course joyeuse pleine de surprises, de rires, de questionnements, où chaque détail a été ciselé !

Le son et la musique
Fin mal géré ! est également un feu d’artifice sonore grâce aux créations de David Le Roy.
Le plus talentueux des compositeurs calédoniens a su créer une multitude d’ambiances sonores inédites, parfois particulièrement subtiles, d’autres au contraire sciemment caricaturales.
Au fur et à mesure de la création, la bande son du spectacle, est devenu un élément central de la pièce, capable elle aussi de susciter des éclats de rire au même titre qu’une réplique savamment écrite.
David Le Roy a également composé ou arrangé des musiques spécialement pour le spectacle.


Une success story

« Fin mal géré ! » la suite de « Fin mal barrés ! »

Hussein Wobama

Un personnage complexe